Enfant atypique, c’est pas automatique !

Ma pause de 7 minutes
enfant atypique - OptiMoms

Mon enfant est-il haut potentiel ? Hyperactif ? Hypersensible ? De plus en plus de parents sont à l’écoute du bien-être de leur enfant et découvre leurs émotions, leurs fragilités, leur tempérament, leur personnalité. Il faut bien le dire, dans cette mouvance de l’atypisme, chaque parent est tenté de penser qu’il a mis au monde un enfant atypique.

Qu’est-ce qu’un enfant atypique ? Comment identifier une atypie ? Quelles sont les conséquences du déni d’une atypie ? Quelle attitude face à un enfant atypique ?

🦓Qu’est-ce qu’un enfant atypique ?

C’est un mot qui est aujourd’hui utilisé de façon fréquente pour des enfants qui présentent un trouble diagnostiqué ou non :

  • Le TDA/H (Trouble du déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité)

C’est un trouble neurologique entraînant des difficultés comportementales. L’enfant n’arrive pas à contrôler son attitude et/ou ne parvient pas à maintenir son attention.

  • Les troubles des apprentissages, les « Dys » 

Dyslexie : la difficulté à lire et à reproduire le langage écrit.

Dysorthographie : un trouble de l’écriture. La personne fait des fautes d’orthographes, de grammaire, de conjugaison, omet des lettres ou est plus lente à rédiger une lettre.

Dysphasie : un trouble du langage qui peut affecter l’expression ou la compréhension.

Dyspraxie : l’enfant n’arrive pas à coordonner ses mouvements sans qu’on puisse l’expliquer par une défaillance organique.

Dyscalculie : la difficulté à comprendre et à reproduire les chiffres.

  • L’autisme Asperger

L’enfant est autiste Asperger quand il a un trouble envahissant du développement caractérisé par des difficultés d’interaction sociale et de communication, des routines obsessionnelles et répétitives et des champs d’intérêts restreints.

  • Le surdouement (Haut Potentiel Intellectuel, zèbre, précoce)

L’enfant a un traitement plus rapide des informations grâce à des liaisons neuronales plus performantes que la moyenne.

On estime que 15 à 20 % de la population a un profil neuroatypique.

Un enfant atypique est donc un enfant « hors norme », différent. On parle aussi de « neuroatypique » pour qualifier une personne ayant des capacités cérébrales différentes de la norme.

En 1998, Judy Singer, psychologue et sociologue australienne et mère d’une enfant autiste, a utilisé le terme de « neurodiversité ». Ce terme a permis de signifier la diversité des cerveaux et des esprits afin de ne pas stigmatiser toute une partie de la population et plus particulièrement les personnes autistes.

Aujourd’hui, on parle de neuroatypie pour évoquer un schéma cérébral et un comportement différent.

À ce jour, cette autre manière de fonctionner amène à des prises en charge spécifique notamment par la présence d’une AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) dans le cadre scolaire.

L’atypisme est devenu en quelques années une « valeur ajoutée » dans la société pour celui qui a un schéma cérébral inédit.

🦓Comment identifier une atypie ?

« Tout est intense chez les atypiques »

A. Reynaud

Le traitement de l’information pour un enfant atypique est différent. Pour une personne neurotypique, elle va d’un point A à un point B en ligne droite. Pour une personne neuroatypique, le chemin est tout autre. Mais, il arrivera bien au point B ! Parfois, par des raccourcis que lui seul à le secret et parfois par des chemins de traverses qui défient la logique.

👉C’est un enfant qui repousse les limites

Un enfant atypique peut avoir tendance à repousser les limites qui lui sont fixées, car il a le souci de la logique. Derrière chaque règle, il doit comprendre la logique. Il ne peut pas se satisfaire qu’on lui dise « c’est comme ça », il doit comprendre ce qui a amené cette règle et pourquoi lui devrait l’accepter. C’est pour cela que certains sont vus comme insolents, car ils remettent en doute l’autorité des parents, des enseignants.

👉C’est un enfant qui a des réactions impulsives

Qu’il soit introverti ou extraverti, l’enfant qui présente une atypie a une proportion à agir de façon instinctive. Il se laisse aller à toucher à tout, à ne pas écouter les autres, à pleurer d’un coup, à crier, à prendre la parole sans autorisation, à se laisser distraire en regardant par la fenêtre, etc.

C’est en sorte une hyperréactivité émotionnelle qui engendre des crises subites ou à tout bout de champ. L’enfant vit dans l’immédiateté.

👉C’est un grand bavard

C’est un enfant qui ne s’arrête jamais de parler. Plus, il est anxieux, plus il parle et c’est une envie irrépressible pour lui de nous communiquer ce qu’il pense. Il est en demande incessante d’échanges et de dialogues avec l’adulte.

👉En recherche constante de perfection

La perfection n’existe pas, mais pour l’enfant atypique, il n’y a aucune alternative. Ce que l’enfant entreprend, il doit le réussir coûte que coûte. L’enfant se met une énorme pression et est en état de stress. Comme il aime la complexité et est en recherche de maîtrise, il ne veut absolument pas d’aide de l’adulte. Il veut se débrouiller seul.

👉Une tête bien pleine

Outre la maturité intellectuelle hors du commun, l’enfant atypique est en effervescence constante. Il invente, pense autrement, imagine tous les possibles, anticipe, innove, il bouscule les codes et il adore ça !

👉L’hypersensibilité

C’est un vrai ascenseur émotionnel. En une microseconde, tout fou le camp. Il vit ses émotions dans l’immédiateté et intensément. Avoir perdu son crayon est un drame, ne pas avoir croisé son amie à l’école est une tristesse insurmontable, manger une glace est une joie indéfinissable, déplacer ses jouets et la colère monte au 10ème degré. Au moins, pas de doute, vous saurez ce qu’il ressent.

🦓Vous allez peut-être reconnaître votre enfant dans ces profils ?

🙄L’enfant atypique se transforme en pitre 

L’ennui peut être ce qui amène l’enfant à faire rigoler la galerie. Pas forcément parce qu’il connait déjà tout, mais aussi parce qu’il ne trouve pas sa place dans ce que lui propose le cadre scolaire. Même si ces résultats sont bons, il n’a tout simplement pas la fibre académique et ne se retrouve pas dans les limites imposées.

🙄L’enfant atypique qui ne tient pas en place 

C’est un enfant qui papillonne. Il touche à tout, mais ne va jamais au bout des choses. Il est mu par une excitation et créé de la nouveauté pour éviter l’ennui. Sa vivacité en fait un enfant turbulent, mais il doit se nourrir constamment de connaissances.

🙄L’enfant atypique qui a une peur panique de l’échec 

Il n’est jamais à la hauteur dans tout ce qu’il entreprend. Très sévère avec lui-même, s’il n’atteint pas son propre objectif, il échoue. Son esprit critique ne laisse que peu de place à la confiance en soi et il est susceptible aux remarques que l’on peut lui faire.

🙄L’enfant atypique qui ne fait plus rien 

Lorsqu’un enfant a un trouble de l’apprentissage, il peut vouloir ne plus apprendre pour ne pas se tromper.

🦓Quelles sont les conséquences du déni d’une atypie ?

Malgré ces observations communes à chaque enfant atypique, il n’est pas rare de passer totalement à côté de la différence de son enfant : parfois par méconnaissance, parfois parce que l’enfant a lui-même mis en place une stratégie de camouflage pour que personne n’identifie sa particularité ou parfois parce qu’on a envie que son enfant soit « normal ».

Il est aussi plus difficile de le voir quand soi-même on est un adulte atypique. En effet, on ne sait pas toujours que l’on a un schéma cérébral différent des autres. Comme toute personne a sa propre individualité et personnalité, il n’est pas toujours évident de se penser atypique.

Alors, quelles seraient les conséquences si vous niez l’atypie de votre enfant ?

Justement, l’enfant va se construire un « faux-self ». Il va se conformer aux attentes de son environnement et ainsi se fondre dans la masse. Si les autres jouent à la corde à sauter, il le fera même si lui n’en voit aucun intérêt. Il peut donc inhiber ses fonctions intellectuelles et éprouver un dégoût pour les apprentissages.

En cela, l’enfant peut développer des comportements dépressifs et/ou anxiogènes et des addictions. À ne pas se sentir accepter tel qu’il est, l’enfant prendra conscience de sa différence sans pour autant pouvoir l’exprimer. Son mal-être peut prendre forme dans des idées suicidaires, des phobies, des tocs, la drogue, l’alcool, etc.

L’enfant peut être plus enclin à des phobies scolaires ou sociales telles que l’agoraphobie puisqu’il n’arrive pas à établir un lien avec cet environnement qui ne le comprend pas.

🦓Quelle attitude face à un enfant atypique ?

« Avec un enfant différent, on doit être un parent différent »

A. Reynaud

Quand on décèle chez son enfant une façon particulière de se comporter, de penser ou de se mouvoir, on peut prendre peur. Mais, comment je vais gérer mon enfant ? Il nous déconcerte et souvent vient interroger nos propres limites.

N’ayez pas peur de le dire, un enfant atypique c’est fatigant. Vous n’êtes pas un mauvais parent et ce n’est pas un mauvais enfant. Vous pouvez trouver un équilibre commun pour éviter l’épuisement parental et l’autodépréciation de votre enfant.

👉Éviter de le stigmatiser

De votre côté, je comprends très bien que vivre avec un enfant qui vous stimule beaucoup peut mettre les nerfs à rude épreuve. Seulement, s’il est un conseil que Alexandra Reynaud met en exergue c’est celui de ne pas coller d’étiquette à votre enfant. Oui, vous êtes en colère, mais faites attention de ne pas blesser votre enfant en le stigmatisant : « Toi qui es soi-disant si intelligent », « tu obéis, un point c’est tout » « C’qu’il est bête ! » A éviter !

👉Valoriser ses potentiels

Un enfant atypique, même s’il a une maturité intellectuelle, n’a souvent pas confiance en lui. Il fait souvent face à une certaine difficulté à vivre ses émotions et en souffre. C’est un enfant qui sera en constante recherche de réassurance. Même si vous lui avez dit 10 fois qu’il n’est pas nul parce qu’il a ramené un 19/20 à la maison, il n’en sera jamais convaincu à 100 %. (parfois, même le 20/20 ne suffira pas) Permettez-lui d’explorer et de faire de nouvelles découvertes pour attiser sa curiosité et évitez de le laisser de complaire dans ce qu’il lui est difficile à exécuter.

👉Lutter contre la solitude de l’enfant atypique

Un enfant atypique, c’est souvent un enfant qui se sent seul. Outre l’incompréhension et la malveillance de certains camarades, c’est un enfant qui a sa propre perception du monde, ce qui l’isole fatalement. Acceptez son monde pour mieux lui permettre d’intégrer les normes sociétales. Si votre enfant ne veut manger que des aliments verts, vous ne l’aiderez pas en vous acharnant à le faire manger comme tout le monde. Lâchez prise en acceptant cette particularité, car il se sentira respecté et pris en compte dans sa différence.

Vous pouvez également lui offrir un animal, car on connait les effets positifs qu’une bête à poil peut avoir sur leur état émotionnel.

👉Établir des règles

Oui, c’est un enfant hors norme, mais ce n’est pas pour autant que cela va excuser tous ces comportements inadaptés.

 « Il reste malgré tout un enfant, et a besoin d’un cadre pour s’épanouir, avec des règles à la fois claires, justes et précises. » A. Reynaud

Il est nécessaire de prendre en compte son atypie, ses peurs, ses difficultés, mais vous devez envisager une éducation qui mettra en avant ses potentiels. En cela, les règles sont un atout pour lui donner la sécurité dont il a besoin. Par exemple, il peut être pertinent de lui donner un horaire de fin de son activité pour éviter la frustration et le débordement d’émotions.

👉L’aider à se canaliser

Hyperactivité, mental en effusion, émotions à fleur de peau, impulsivité, il est important de leur apprendre à se mettre au calme. C’est un apport essentiel pour aider votre enfant à se recentrer avec lui-même et avec les autres. La sophrologie pour les enfants, la méditation, le yoga pour enfants ou encore les fidgets (ces petits objets qu’on triture) sont des déclencheurs de zénitude. Et, ça fait du bien dans une journée trépidante !

🦓Livre : L’enfant atypique d’Alexandra Reynaud

J’ai découvert le livre d’Alexandra Reynaud totalement par hasard dans les recoins de la médiathèque municipale. C’est un livre rafraichissant et aidant pour tout parent qui souhaite mieux accompagner son enfant atypique. Je m’en suis inspiré pour écrire cet article et vous le recommande très fortement.  

Si vous avez un doute sur l’atypisme de votre enfant, rapprochez-vous d’un psychiatre ou d’un psychologue clinicien formé à la neuro-atypie. Il est toujours bon de se sentir soutenu par des personnes expertes dans le domaine.

Tous les enfants atypiques ont une part d’hypersensibilité évidente. Que ce soit les étiquettes qui grattent, la couture de la chaussette, ou le bruit de la tondeuse, être un enfant hypersensible : c’est un concentré d’émotions explosives ?

Source :

L’enfant atypique — Hyperactif, haut potentiel, Dys, Asperger… faire de sa différence une force — Alexandra Raynaud

E-book Slow Life

Articles similaires

Kinésiologie : gérer son stress et ses émotions 0 commentaire

Kinésiologie : gérer son stress et ses émotions

Mon enfant refuse d’aller à l’école ! 0 commentaire

Mon enfant refuse d’aller à l’école !

Qu’est-ce que le “Unschooling” ? 0 commentaire

Qu’est-ce que le “Unschooling” ?

Commencez votre Vision Board spécial Slow Parenting 0 commentaire

Commencez votre Vision Board spécial Slow Parenting

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *