HPI, surdoué : mon enfant est-il concerné ?

Ma pause de 7 minutes
enfant HPI - OptiMoms

Je ne supporte pas qu’on colle des étiquettes sur les personnes. Le sujet des enfants HPI est TROP tendance à mon goût. J’écris cet article (en mon âme et conscience) en sachant qu’il suscitera votre intérêt.

Même s’il n’est pas dénué de sens de s’intéresser et de s’informer sur ce sujet qui peut concerner votre enfant, je crois qu’il est important de préciser que :

Nous ne sommes pas à la recherche de la carte Pokémon la plus rare et brillante pour gagner la palme d’or du « parent dresseur » le plus doué ! On a fini de jouer dans les cours de récréation depuis bien longtemps alors apprécions à sa juste valeur notre enfant.  

Voilà, mon gentil coup de gueule passé, je vais pouvoir tranquillement vous présenter ce qu’on peut dire d’un enfant HPI. Pour cela, j’ai été fouiller dans les méandres du Net pour vous aider à mieux comprendre ces enfants et les soutenir dans les défis qu’ils doivent relever.

Enfant HPI : de la fiction à la réalité

Les séries adorent parler de ce sujet pour mettre en avant les capacités intellectuelles exceptionnelles des HPI :

  • Morgane Alvaro, l’héroïne de la série HPI, résout des enquêtes policières insolubles,
  • Le Dr Shaun Murphy, chirurgien autiste et savant de la série Good Doctor, utilise ses connaissances rares pour soigner ses patients,
  • Sam Gardner, étudiant à la fac dans la série Atypical, ayant un Trouble du Spectre de l’Autisme (TSA) apprend à décoder les relations avec les autres,
  • Sheldon Lee Cooper, physicien théoricien surdoué, fait un parcours sans fautes à part pour son caractère socialement inadapté auprès de ses amis.

À chaque fois, l’accent est mis sur des capacités hors normes et une excentricité dans le comportement de l’acteur principal. Ces séries accentuent souvent les traits, mais sont aussi une bonne façon d’amorcer une discussion sur le sujet des HPI 😉

Surdoués, zèbre, génie, précoce, neuroatypique…

Ça foisonne de surnom pour parler du HPI ! Coller une étiquette sur un enfant, ça me paraît pas spécialement pertinent pour lui. Il risque de se retrouver mis à l’écart par la perception que les autres vont avoir de lui. « Le petit génie », « le geek », l’intello », « la chouchoute »… Bref, insultes et petits noms d’oiseaux peuvent voler par centaines quand la communication sur ce sujet fait défaut.

Néanmoins, passer un test de QI peut être intéressant. Votre enfant va avoir une meilleure compréhension de lui et nous, parents, nous y verrons probablement un peu plus clair dans ce marasme ambiant.

« Il est HPI, ton enfant ? Non, je crois pas… POURQUOI ? 😳 »

Pas d’inquiétude, être HPI, c’est comme quand votre enfant décide de se couper les cheveux tout seul. C’ était pas prévu mais on peut trouver des solutions pour se construire une identité bien à soi. (je sais pas si vous me suivrez cette fois-ci dans cette phrase un peu tirée par les cheveux… j’arrête ça devient ridicule🫣 )

Vous avez des petits doutes parce que votre enfant est très intelligent, se pose des questions qui ne sont à priori pas de son âge, a une passion affirmée pour les animaux et connaît sur le bout des doigts les noms des animaux en latin (ça marche pour tout type de passions bien sûr), est plutôt émotif et a dû mal à gérer ses frustrations en piquant des colères quand ça ne va pas comme il l’entend et qu’à l’école, c’est pas une partie de plaisir…

Sincèrement, c’est très compliqué de pouvoir déterminer sans compétences spécifiques le QI d’un enfant.

Et s’il passait un test ?

Pour cela, il vous faudra rencontrer un psychologue ou neuropsychologue pour passer le test de l’échelle de Wechsler. Si votre enfant à un QI entre 85 et 115, il est comme la majorité des personnes. Au-delà de 130, il sera défini comme Haut Potentiel Intellectuel. Notez toutefois que le test peut aussi parfois ne pas être concluant une fois l’interprétation faite par le psychologue. Selon l’âge de votre enfant, il passera le test WPPSI (de 2 ans et demi à 7 ans et 3 mois), WISC (pour les enfants de 6 à 16 ans et 11 mois), WAIS (à partir de 16 ans).

Enfant HPI, ce n’est pas forcément un petit génie ?

Le cerveau des personnes à Haut Potentiel Intellectuel a un fonctionnement spécifique. Plusieurs axes de similitude ont pu être déterminé pour aider à envisager un diagnostic.

La singularité de fonctionnement de l’enfant HPI

  • L’arborescence de sa pensée : penser à une seule chose à la fois est quasi impossible pour lui. Les idées foisonnent continuellement et s’entremêlent pour donner de nouvelles idées qui à leur tour vont donner naissance à de nouvelles idées… Bref, c’est un vrai capharnaüm dans sa tête où tout prend sens pourtant. Vive les pensées divergentes !
  • L’hémisphère droit du cerveau est très actif : la créativité, l’intuition, l’idéalisme le pousse à toujours innover. Il se projète dans des projets et créations poussées grâce à son imaginaire débordant.
  • Une mémoire infaillible : il va vite, bien plus vite que d’autres et son raisonnement se lie facilement à tous ces apprentissages.
  • Besoin de contrôle et de maîtrise : le cadre est sécurisant, mais en dehors de celui-ci, il perd facilement pied… Il a d’ailleurs quelques difficultés avec le second degré qu’il n’arrive pas toujours à décrypter.
  • L’hypersensibilité émotionnelle et l’hyperesthésie : facilement envahi par ses émotions, il éprouve également des sensations exacerbées. Les très hauts sont très hauts, les très bas sont très bas. Les petits bobos sont toujours des gros bobos et tirer la chasse est un bruit toujours trop gênant.
  • Clairvoyance et anticipation : il voit ou comprend les choses avant les autres et anticipe certaines situations. L’enfant est plus sujet à des états anxieux.
  • Recherche de sens : quand il s’intéresse à un sujet, il ne se satisfera pas d’un « C’est comme ça », vous ne vous en sortirez pas si facilement 😊

Être HPI, c’est donc une multitude de paramètres qui vont s’additionner, mais il est évident que la personnalité, les valeurs transmises et l’histoire familiale ont également un rôle à jouer dans la mentalité de nos enfants.

Voici une belle initiative d’une école créée en 2015 à Nantes, totalement spécialisée dans l’accompagnement de la scolarité des enfants HPI.

Les profils stéréotypés qui aident à se questionner

2 psychologues américains travaillant avec des enfants ont pu établir 6 types de profils d’enfants HPI très contrastés. C’est ainsi qu’on réalise qu’il n’est vraiment pas simple d’identifier un enfant à Haut Potentiel, car il peut même jouer au caméléon et se fondre dans la masse. Cette matrice sert à sensibiliser le public pour permettre au plus grand nombre de dépasser les clichés du petit génie à la calculette.

Chaque profil a une caractéristique plus dominante et là, je vous entends déjà dire : « Ah oui, moi aussi, je suis un peu comme ça ». Je me moque gentiment parce qu’on le fait tous, mais il ne faut vraiment pas prendre ces profils comme étant une vérité absolue tombée du ciel de votre intelligence exceptionnelle…(vraiment désolé de mettre un coup de pied dans vos illusions) :

🎒Élève modèle

C’est l’élève modèle qui réussit sur le plan scolaire et social. Tout le monde l’adore ou l’admire, il a une telle compréhension du système dans lequel il vit, qu’il est totalement intégré. Il est en apparence parfait, mais il réussit sans donner tout son potentiel. Il se conforme à ce que l’enseignant et le parent attendent de lui.

🎒Élève provocateur

À l’inverse, l’enfant provocateur, c’est celui qui aime toujours être dans l’opposition du modèle établi. Il se rebelle, fait preuve d’indiscipline, mais se montre également très créatif, ce que les adultes retiennent moins tant son comportement peut être agaçant. Il n’a donc que peu de reconnaissance pour ces talents et fait pleuvoir les avertissements pour comportements.

🎒Élève discret

D’autres se font plus discrètes, ce sont souvent des filles qui ne cherchent absolument pas à se démarquer. C’est une enfant gênée par sa différence qui va tenter de masquer sa douance. Il n’est pas rare de voir ces enfants changer de préférence passant du tout au tout, les laissant paraître pour des personnes versatiles.

🎒Élève solitaire

On peut aussi retrouver des enfants en colère, désabusés du système, qui se sentent incompris et le restent. Mis à l’écart, solitaire, voire marginal, ils feront face aux critiques des camarades qu’ils prendront pour eux ce qui engendre un manque de confiance indéniable. Ils abandonnent l’école, s’en désinvestissent et ont besoin d’une relation étroite avec un adulte.

🎒Élève doublement exceptionnel

Même si l’on peut penser qu’un enfant HPI est intellectuellement plus intelligent, certains élèves HPI présentent également des troubles de l’apprentissage (DYS, TDA/H). Ces surdoués « doublement exceptionnels » peuvent passer un peu inaperçus comme étant dans la moyenne avec quelques difficultés, mais ils ne peuvent pas exprimer leur talent comme ils le souhaiteraient.

🎒Élève autonome

Et puis, il y a des enfants totalement autonomes qui surmontent leur difficulté seule et qui apprennent de leur différence. Ils réussissent dans ce qu’ils entreprennent eux-mêmes sans avoir besoin d’être soutenus. Ils sont à l’écoute des opportunités et s’en saisissent pour faire parler leur créativité et mener des projets sans avoir peur des risques.

Il y a aussi des enfants qui combinent plusieurs profils, il n’y a pas de loi universelle, mais ce sont des tendances qui peuvent vous mettre la puce à l’oreille.

Si vous avez envie d’avoir un complément d’informations sympas avec de jolies illustrations, faites un petit tour sur le site de www.collectif-hp.ch

Les blogs et professionnels qui connaissent le sujet sur le bout des neurones.

1. Les sites internet informatifs 

👉Enfants précoces

Chaque semaine, vous pourrez retrouver de nouveaux articles sur le Haut Potentiel Intellectuel et des connaissances actualisées. Vous pourrez faire partie d’une communauté de parents avec une messagerie privée pour évoquer toutes vos préoccupations.

www.enfantsprecoces.info

👉ANPEIP 

L’Association Nationale Pour les Enfants Intellectuellement Précoces aide depuis plus de 40 ans à la prise de conscience de la problématique des surdoués auprès de l’éducation nationale et des parents.

http://www.anpeip.org/

👉Happy HP Family

L’association propose un accompagnement pour les familles pour inventer des solutions aux problèmes du quotidien et trouver un lieu ressourçant.

https://www.happyhpfamily.fr/

2. Les blogs qui donnent un peu d’air frais 

🦓Les tribulations d’un petit zèbre

Depuis 2009, Alexandra Raynaud écrit sur son blog, mais aussi des livres ! Elle raconte les tribulations de sa petite famille atypique et surdouée. Un régal.

🦓Rayures et ratures

A travers des illustrations explicites, Chloé sensibilise et vulgarise la douance avec un trait d’humour très plaisant. Je n’ai pas d’actions chez elle, mais, je pense que vous pouvez facilement craquer pour un de ces livres 😉

3. Le mentor incontournable

Elodie Crépel est une fille extra avec qui j’ai eu l’occasion de travailler et qui transmet de magnifiques bonnes ondes ! Aujourd’hui spécialiste de l’hypersensibilité et de la douance, elle forme et tient des conférences pour faire connaître ces sujets qui lui tiennent à cœur. Elle a également publié de nombreux ouvrages avec d’autres experts dans ce domaine et parle de l’atypie dans son podcast « Potentiel ».

J’espère que mon article vous aura fait comprendre qu’un enfant HPI, ce n’est pas si simple à déceler et qu’il est avant tout important d’observer son enfant pour mieux le comprendre. Même si le diagnostic de HPI est posé, cela ne va pas résoudre les problématiques et les difficultés en un coup de baguette magique. On peut vite se sentir démuni face à un enfant en détresse. Faites le plein de bienveillance pour révéler le potentiel de votre enfant.

Les livres que j’ai lu pour l’article 😉 :

L’ENFANT à Haut Potentiel Intellectuel DECRYPTE — Et si votre enfant pouvait vous expliquer son fonctionnement ? de Jessica Save-Pédebos et Anca Florea

Avec lui, c’est compliqué ! Vivre avec un enfant précoce, l’aider à grandir et à réussir de Gabrielle Sebire, Cécile Stanilewicz

Articles similaires

5 méthodes pour faire ses devoirs sans stress 0 commentaire

5 méthodes pour faire ses devoirs sans stress

Kinésiologie : gérer son stress et ses émotions 0 commentaire

Kinésiologie : gérer son stress et ses émotions

Mon enfant refuse d’aller à l’école ! 0 commentaire

Mon enfant refuse d’aller à l’école !

Unschooling en France, la liberté éducative ? 0 commentaire

Unschooling en France, la liberté éducative ?

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *