Congé parental d’éducation : 4 conseils pour faire son choix

Congé parental d’éducation : 4 conseils pour faire son choix

un enfant est heureux avec ses parents
congé parental

Nous sommes de nombreuses mamans à se poser la question en France. Est-ce que j’arrête de travailler pour m’occuper de mon enfant ? C’est une démarche qui remet en question notre rythme de vie, nos priorités (entre mère et femme : dois-je vraiment choisir ?), et notre condition financière. C’est un sujet très personnel, car évidemment chaque personne et couple aura une réflexion différente.

Pour ma part, à la naissance de ma 2ème fille, j’ai pris un congé parental à temps plein de 6 mois. J’ai repris mon activité à temps partiel (80 %) avec 20 % de temps en congé parental 1 jour par semaine, le mercredi.

⇢ Je vous livre donc ma propre expérience : côté argent 🤑, côté cool 🤪 et côté pas tip top 🥴que cela à pu avoir dans notre vie.

Congé parental d’éducation à temps plein : vivre avec un salaire en moins, c’est possible ?

Ba oui, l’argent, c’est un peu le nerf de la guerre quand on souhaite passer plus de temps avec ces enfants. Pour ma part, je ne trouve pas cela normal. Nous avons la lourde responsabilité de subvenir aux besoins de notre enfant et la société nous aide assez peu. Alors, oui, en effet, vous allez me dire, « personne ne t’oblige à avoir des enfants » ! Ok, c’est vrai, mais pour moi, la reconnaissance de la société est une importance capitale. Je vous explique mon point de vue.

Les droits en France

A ce jour, en France, un congé parental d’éducation dure 1 an pour 1 enfant et est renouvelable 2 fois donc jusqu’au 3 ans de l’enfant sous condition d’ancienneté salariée. Le montant net des aides de la CAF en 2021 est de 398.40 € pour un congé parental total et pour un temps partiel de 257.55 €. Donc, le message est clair, on vous pousse littéralement à reprendre le boulot !

🦥Pour ma part, j’avais un salaire de 1500 € environ donc la marche est haute ! En sachant que c’est moi qui subviens à nos besoins alimentaires d’environ 400 € par mois pour 4 personnes, y’a comme qui dirait un petit souci. Il est donc inévitable d’anticipé ce congé parental en mettant un peu d’épargne de côté quand c’est possible.

et les papas dans tout ça ?

Pour le père, il existe un congé de paternité de 25 jours calendaires qu’il doit prendre dans les 6 mois. Il pourra éventuellement être indemnisé par la sécurité sociale sous condition de cotisation minimale. Le papa a donc la responsabilité financière à lui seul…

Vous pouvez retrouver vos droits de façon plus complète sur : https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F2280

Petit zoom sur les lois finlandaises

Les Finlandais ont eu droit à « une réforme de l’amour » en 2021 ❤️. Le congé parental dure 1 an renouvelable 1 fois donc jusqu’au 2 ans de l’enfant. Le congé est indemnisé durant 7 mois pour l’un des 2 parents à hauteur en général de 70 % des revenus ! Ainsi, le père et la mère bénéficient des mêmes droits, l’égalité homme-femme est au rendez-vous. A mon sens, la responsabilité d’éducation est ainsi partagée entre les 2 parents ce qui permet à chacun de trouver sa place de père et de mère et à l’enfant de profiter des liens qu’il va créer durant ce long laps de temps. Rappelons que la Finlande en 2021 est un des piliers en terme d’éducation. La Finlande est classée 5ème au test PISA.

La démonstration, pour moi, est claire. Lorsque les lois sont dirigées vers des valeurs familiales et éducatives, la société apporte un mieux être aux enfants et aux parents. Elle leur permet de mieux conjuguer leur vie personnelle et leur vie professionnelle. Nous n’aurions pas peur de nous mettre en difficulté financière et la pression serait clairement allégée.

Congé parental à temps partiel : maman avant tout !

La coupure du mercredi

⌚Avoir du temps le mercredi, c’est une bouffée d’oxygène dans ce rythme effréné. C’est idéal pour avoir un temps unique pour ces enfants. Etre présent, pour les emmener à leurs activités sportives et de loisirs permet de les voir grandir et de les accompagner dans leur réussite et dans leur difficulté. C’est leur donner la confiance nécessaire à leur développement que d’être à leur côté.

Vous pouvez également décider que cette journée est uniquement pour vous et laisser les enfants chez la nounou ou au centre de loisirs. Mais attention au piège des tâches ménagères ! Combien de fois, ai-je voulu prendre du temps pour moi alors qu’en fait, j’ai effectué toutes les tâches ménagères « en retard ».

La gestion des tâches quotidiennes

Le mercredi est également un moment où vous pouvez récupérer un peu de temps pour effectuer certaines tâches ménagères. J’insiste sur le certaine, car c’est, à mon sens, nécessaire que le mercredi reste 🦥 un jour de décompression !🦥

Pour certaines, les tâches ménagères peuvent être associées à de la décompression surtout si les enfants y sont associés et le font avec le sourire (si, si ça existe 🙂 ! ). Faire quelques tournées de linge et passer l’aspiro, ranger la pièce à vivre apporte un peu de souffle dans la maison, une maison rangée et lavée est une maison dans laquelle, personnellement, je me sens plus sereine. Par contre, ranger la chambre des enfants, c’est niet ! Le mercredi est fait pour jouer ^^

Un temps en tête-à-tête avec mes filles

Ce que j’apprécie le plus, c’est ce moment « hors du temps » où je mets de côté une bonne partie des règles de la vie quotidienne. Je pense d’ailleurs que cela devrait faire partie des 7 jours de la semaine. Malheureusement, les horaires de boulot et de l’école ne nous permettent pas de vivre à notre rythme. Le mercredi, on mange souvent devant un film d’animation ou des courts-métrages. Je ne donne pas de directive sur le temps du repas, les filles mangent à leur rythme et tant pis si elles ne finissent pas leur assiette de frites ou si elles mettent 2 heures pour manger. L’après-midi, on prend le temps de faire des gâteaux. On tente des expériences, on rigole, on se promène, bref, on profite en essayant d’éviter le plus possible les contraintes.

logo paresseux zen

Le congé parental : c’est maman qui trinque !😬

Je ne vais pas faire la langue de bois, éduquer deux enfants en bas âge, c’est éprouvant (en tout cas pour moi). Certainement que mon côté calme ne s’associe pas franchement avec l’agitation permanente des enfants. Au fond, même si c’est dur à lire, il est primordial pour vous de connaître les travers dans lesquels on peut aller. Bien entendu, ce n’est pas le cas de tout le monde, chacune à sa personnalité, mais je souhaitais vous faire part que le mythe de la maman parfaite qui assure et qui est « faite pour ça », est clairement infondé. Oui, j’aime profondément mes enfants et je me sens mère jusqu’au bout des pieds, mais ça ne suffit pas. Mon corps et mon mental ne sont pas programmés à ne faire que ça.

👟Toujours à fond !

Même si le mercredi est un moment très agréable avec mes filles, j’espérais que le mercredi soit également un pause pour moi. Oui, j’idéalisais cette journée mais force est de constater qu’il est très difficile de trouver un petit temps pour soi. A moins de laisser les filles à quelqu’un, ce que je n’ai pas pris l’habitude de faire, notamment parce que se libérer du temps devient à coup sûr un coût financier. Quand on n’a pas la famille où des amis disponibles, il est beaucoup plus difficile de s’autoriser du temps pour soi.

🤯 Laissez-moi respirer, j’en peux plus !

De même, si cela correspond à un temps de décompression, la charge mentale liée à « l’activité de maman » est parfois difficile à concilier avec le repos. Les filles sont adorables, mais elles sont jeunes et ont besoin de se dépenser. Nous avons baptisé ma seconde fille « tempête », et l’aînée adore imiter les dragons. Alors, parfois entre ramasser toutes les heures, les puzzles et jeux de société éparpillés et entendre le cri du dragon toutes les 2 minutes, bah… Les nerfs commencent à être mis à rude épreuve ! Le rythme est alors souvent aussi soutenu que lorsque je travaille. Je dit « Adieu » à mon repos bien mérité.

🚑 C’est papa qui ramasse les pots cassés !

Bah oui, à être la plus présente pour les enfants au bout d’un moment, mon corps a lâché. D’un seul coup, je me suis mise à faire des siestes de plus en plus longues. Et puis un jour, j’ai craqué et je n’ai pas pu retourner au travail. C’était trop : burn out, dépression… On peut y mettre tous les mots qu’on veut, j’étais juste « Hors Service ». Alors, mon conjoint m’a permis de retrouver un peu de souffle. Mais c’est un peu comme les vases communicants, c’est lui qui a dû assumer l’ensemble des tâches de la maison, gérer les enfants quand je ne pouvais plus, travailler en même temps, ajuster ces horaires de travail, alléger son emploi du temps de président d’une association, moins de loisirs, moins de sports …

Clairement, je regrette de ne pas avoir plus profité du congé maternité en temps complet. En effet, j’ai été assez frustré par ce temps partiel car, finalement, c’est une goutte d’eau par rapport aux attentes que j’avais. J’aurais aimé m’investir bien plus dans l’éducation de mes filles que je considère prioritaire. J’étais plus préoccupé par mes responsabilités au travail et n’arrivais pas à être en adéquation avec mes valeurs.

Pour moi, tout allait trop vite, je passais d’une tâche à une autre sans jamais en voir le bout : un calvaire ! J’ai donc décidé de changer de travail pour retrouver du temps libre et éduquer mes enfants et leur transmettre ma sérénité et non plus mon stress permanent.

Voici mes 4 conseils pour faire votre choix

🦥 Parler de vos valeurs à votre conjoint-e pour exprimer la relation que vous souhaitez nouer avec votre enfant et l’adéquation avec votre travail

🦥 Etablir un budget pour assumer votre choix sereinement

🦥 Ne pas vous hâter de reprendre le travail si vous ne vous en sentez pas capable physiquement et mentalement

🦥 Prendre la température de votre entourage ou des alternatives pour vous permettre de prendre soin de vous uniquement

N’hésitez pas à faire un tour sur cet article très intéressant sur Les congés parentaux en Finlande : un miroir pour la France: https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2001-1-page-121.htm


Voir d’autres articles :

Articles similaires

L’art de la sieste : la santé vient en dormant 0 commentaire

L’art de la sieste : la santé vient en dormant

La lenteur, source de joie vitale 0 commentaire

La lenteur, source de joie vitale

Education positive : Cool Parents Make Happy Kids – Charlotte DUCHARME 0 commentaire

Education positive : Cool Parents Make Happy Kids – Charlotte DUCHARME

Détox de l’automne : 6 méthodes d’élimination 0 commentaire

Détox de l’automne : 6 méthodes d’élimination

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *