Burnout parental : et si on arrêtait d’être perfectionniste ?

burnout parental - OptiMoms

Oulala mais c’est la surchauffe ! Non, je parle pas du climat mais de votre cerveau 😉. Le burnout parental, c’est être épuisé à tel point que vous ne vous reconnaissez plus. Je ne parle pas de la tête que vous faites en vous réveillant, celle-ci est tout à fait normal (ba oui désolé).

L’évolution de notre société vers une compréhension plus fine de nos enfants nous poussent aujourd’hui à devoir être des parents parfaits ! Mais que de stress et de fatigue quand on veut être les meilleurs parents au monde ! A moins qu’on est le droit de se montrer un tout petit peu moins parfait ?

👨‍👩‍👧‍👦Burnout parental : Réussir ses enfants à tout prix

 « Tu les as voulu, tu les a eu ! », “tiens, c’est bien fait pour toi ! tu n’avais qu’à pas faire d’enfant”. “Te plaint pas d’être fatigué“…

Bon, ba voilà, a-t-on vraiment la possibilité d’être épuisé ? de ne pas savoir comment se comporter face à son enfant qui hurle ? ou tout simplement d’exprimer son désarroi face à des situations qui nous dépassent ? Faut-il attendre d’être en burnout parental pour être écouté ?

L’émergence de l’éducation bienveillante dans les années 2000 a marqué la volonté d’une meilleure prise en compte des connaissances sur le fonctionnement de nos enfants dans notre parentalité.

C’est le début d’une pression nouvelle pour les parents de devenir « parfait ». La violence éducative, utilisée autrefois pour contraindre ou formater l’enfant, n’est plus acceptable. Les disciplines éducatives se tournent vers l’attention et le respect de l’enfant avant tout.

Beaucoup de parents se tournent dès lors vers les psychologues ou des coach parentaux que ce soient pour leur enfant ou eux-mêmes afin de réussir leur éducation. L’apprentissage de la gestion des émotions est d’ailleurs en pleine essor pour accepter ces sensations qui autrefois étaient étouffées.

🤩La prise en compte de l’enfant comme un être émotionnel

Le bien-être de l’enfant est dans tous les médias. Il n’est plus acceptable depuis les avancées neuroscientiques de ne pas reconnaître que le cerveau de l’enfant est en cours de construction. Ses débordements émotionnels et son comportement sont de vrai révélateurs de son immaturité cérébrale.

Afin de répondre aux exigences du « tout positif », dans notre logique consumériste, nous devenons de vrai machine à engranger des informations sur l’éducation positive, les pédagogies alternatives, la communication non-violente, l’écoute, l’empathie… Et parfois la surchauffe de vouloir trop bien faire se présente à nos portes.

Avons-nous été préparé à cette nouvelle posture qui remet également en perspective notre rôle de mère et de père ?

😩Burnout Parental : la remise en question des rôles parentaux

Pour les hommes, la fonction paternelle est à réinventer. Du patriarche et seul pourvoyeur de la stabilité financière, le papa doit désormais s’ouvrir aux émotions et se rendre disponible pour son enfant et sa famille.

burnout parental - OptiMoms

Pour les femmes, c’est la fin de l’obéissance à l’homme. Elles deviennent le porte flambeau de l’éducation de leur enfant et impulsent la volonté de vivre plusieurs vies (travail, famille, amis,…). La société commence à évoquer leur charge mentale et les langues se délient pour trouver une entente sur les tâches de la vie quotidienne dans le foyer.

Les mentalités sont en train de changer, mais cela nécessite pour les parents de prendre conscience de leurs bagages éducatifs et de ces nouvelles formes d’éducation qui nécessite un travail sur soi pour pouvoir les appliquer.

Il ne s’agit pas de recettes toutes prêtes à l’emploi qu’il suffit d’appliquer pour que le bonheur surgisse d’un seul coup. La parentalité est un stade de développement de l’adulte. L’éducation que les parents inculquent émane de fait de leur propre réflexion sur soi.

La recherche d’une posture de parent idéal est une des sources de stress qui peut mener au burnout.

😲Le stress comme facteur déclencheur du burnout parental

🪫Une réserve d’énergie qui s’amenuise

Être parent est évidemment fatigant. Nous sommes comme des veilleurs de nuit, mais aussi le jour. Qu’ils soient malades, tristes, joyeux, excités, en colère, tourmentés, la vigilance est de mise pour permettre le bon développement de l’enfant. Même si la fatigue générée par tant de sollicitude engendre parfois du découragement, il est aussi très gratifiant de voir grandir son enfant.

Il est important de trouver un certain équilibre pour que la fatigue ne prenne pas le dessus sur votre contentement.

Dès lors que les sources de joie et de plaisir s’amenuisent, votre énergie décline et vous voilà en train de dégringoler dans une spirale d’épuisement qui vous mène tout droit au burnout parental.

« 1 parent sur 4 ressent souvent un risque de burnout »

La ligue des familles

Le stress chronique vous vide de votre énergie tant sur le plan physique que mental.

Le burnout parental, c’est, à un moment donné, se dire : « je n’en peux plus, j’étouffe, je me sens nul (le),… ». Vous avez besoin de vous arrêter d’un seul coup pour pouvoir vous reposer le plus longtemps possible.

À des degrés différents de stress, vous pourrez plus ou moins facilement agir sur votre niveau de fatigue.

🪜Stress : la montée en puissance du Burnout Parental

Le stress est une réaction naturelle de votre organisme. Il réagit à une agression et se manifeste par des symptômes émotionnels, mentaux et physiques. Anxiété, difficulté de concentration, maux de tête, douleurs, vertiges, troubles du sommeil sont autant de symptômes que notre corps extériorise pour indiquer une mise en danger.

😨Niveau 1 de stress : « Alerte le petit a mis un jouet Kinder dans sa bouche ! »

À cet instant, notre cerveau nous informe du danger, nous agissons sur le moment. Ouf, on a su s’adapter rapidement et éviter le drame. C’est un niveau de stress tout à fait acceptable qui nous a permis d’agir en conséquence.

😱Niveau 2 de stress : « Isabella fait des cauchemars toutes les nuits depuis 4 jours »

Oui, c’est fatigant les nuits blanches à rassurer son enfant, mais c’est nécessaire pour qu’ils puissent se rendormir dans les meilleures conditions… C’est une situation qui occasionne du stress, mais vous tenez malgré tout. Vous pouvez faire une petite sieste dans l’après-midi pour récupérer. C’est difficile, mais c’est passager et vous pouvez élaborer une stratégie pour vous reposer et retrouver votre sérénité.

🥵Niveau 3 de stress : « Je rentrerai tard ce soir du travail », « ba, elle est où Maman ?…au lit »

La fatigue vous écrase, vous êtes épuisé(e)s. À ce stade, le stress est chronique et vous avez fait front face à des difficultés que vous avez portées seul. Le mode survie est enclenché, vous faites les tâches de façon machinale, automatique, vous ne prenez plus de plaisir dans votre quotidien. Vous ne supportez plus vos enfants qui vous « bouffent » votre énergie, vous avez besoin de mettre de la distance. Par-dessus tout, vous culpabilisez de ne pas pouvoir faire mieux et de ne pas être un bon père ou une bonne mère.

Une des raisons de tomber dans le burnout parental est que vous avez voulu bien faire, trop bien faire.

⚡Le perfectionnisme : vouloir tout faire

Si vous en arrivez à un stade où vous pensez que vous êtes en train de franchir le cap du burnout parental, vous avez probablement beaucoup écouté vos enfants et assez peu vos propres besoins.

Votre instinct de perfectionniste a pris le volant de votre vie et a décidé que vous y arriverez seul, que vous n’aurez pas besoin d’aide. Assez souvent, j’entends des mères dire : « Non, c’est bon, je vais le faire », « c’est à moi de m’en occuper », « je préfère faire moi-même ».

Ba oui, les filles mais en fait, y’a pas marqué WonderWoman sur notre front ! Le problème des Moms, c’est qu’il y a cette dualité où nous avons envie de réussir notre vie personnelle et également celle de maman. Et, ça coince ! Nos journées ne font que 24 h et le plus souvent une maman accomplit 2 journées en 1.

Pour les WonderDaddy, c’est souvent au travail que ça commence à s’enrayer. Les attentes de la vie de famille sont comme une montagne à gravir dont ils ne voient jamais la fin. Les papas sont souvent désemparés devant tant de remarques, de critiques et malgré leur effort ne se sentent pas écoutés. Alors, les heures sup’ se multiplient pour ne plus faire face au trop-plein d’agression. En recherche d’une nouvelle identité de père entre l’homme fort et l’homme sensible.

À trop vouloir chercher la perfection, on se perd !

😉Éviter le burnout parental, c’est possible !

🤔La prise de conscience inévitable

burnout parental - OptiMoms

Vous êtes sous l’eau… et quand on est sous l’eau on voit flou. Alors, il serait souhaitable de remonter un peu à la surface pour prendre un bon bol d’air et y voir plus clair.

Tout n’est pas rose, mais tout n’est pas noir non plus. Vous avez l’envie et le désir de construire un foyer paisible et vous y mettait toutes vos forces💪 (peut-être un peu trop ?).

Pour éviter d’en arriver à une situation d’épuisement telle que le burnout, une petite mise au point s’impose.

La psychologie positive, discipline élaborée par Martin SELIGMAN, aide à prendre du recul sur son quotidien. Vous pouvez évaluer seul votre niveau de satisfaction par rapport à votre vie de  :

  • famille (rendez-vous, devoirs, courses, week-end…)
  • personnelle (temps seul)
  • couple (temps uniquement à 2)
  • amicale (soirée, repas…)
  • professionnelle (temps de trajet, temps de travail, réunions…)
  • sociale (association, bénévolat, loisirs…)

En prenant le temps de quantifier pour chaque domaine, le temps que vous y passez, vous aurez une vue globale de ce que vous rendez prioritaire. Cette méthode est souvent élaborée sous forme de roue ou camembert afin de se rendre compte visuellement de ce qui prend le plus de place dans votre vie.

Ajoutez à chaque domaine une note de satisfaction sur une échelle de 1 (pas satisfait) à 10 (très satisfait).

Une fois cet exercice fait, il vous sera plus facile de donner un nouveau cap à votre vie selon les domaines que vous souhaitez plus présent dans votre vie.

😃Être en harmonie avec ses valeurs

Mais pour réaliser au mieux des choix qui vous sont propres et non plus les dictats de la société, il est aussi utile de faire le point sur ses propres valeurs.

Pour interroger vos valeurs, allons faire un petit tour dans votre enfance. Vous avez probablement eu des personnages de dessin animé, de bandes dessinées, ou même des adultes qui ont marqué votre jeunesse. Mais qu’est-ce que vous avez aimé chez eux, qu’est-ce qui a fait écho avec vous ?

Être parent, c’est aller à la recherche de ce qui motive notre désir de transmission et de partage.

Qu’on soit en adéquation avec l’éducation qu’on a reçue de nos parents ou pas, vous aurez forcément un point de vue sur ce qui vous semble « bon » à transmettre.

Voici une liste non exhaustive de valeurs pour vous aider à donner vie aux vôtres :

  • Audace
  • Créativité
  • Respect
  • Patience
  • Générosité
  • Politesse
  • Réussite
  • Rigueur
  • Curiosité
  • Dépassement de soi
  • Altruisme
  • Courage

🛀Prévenir le burnout parental en prenant soin de soi

Quand on a eu tendance à se laisser déborder et à puiser dans son énergie jusqu’à en être vidé, le corps a besoin de repos. Sans enfants, il était facile de trouver du temps pour soi sans vraiment s’en rendre compte. Désormais, vous devez planifier du temps pour vous, y poser une réelle intention et vous y tenir, car la fatigue du quotidien peut vite vous emporter.

S’occuper de soi passe par une phase de reconnexion et de plaisir entre son corps et sa tête. La respiration et la méditation sont 2 outils merveilleux pour ressentir un bien-être intérieur.

L’apaisement et la sérénité que procurent ces pratiques vont vous aider à reprendre doucement confiance en vous. Il vous sera plus facile de communiquer sur vos émotions du moment avec vos enfants et votre conjoint et d’éviter de surréagir en ayant un champ de vision limité. Vous allez gagner en ouverture d’esprit et en lâcher-prise.

Prenez le temps de vous mettre en pause, de vous ressourcer, une énergie nouvelle s’offre à vous et impulsera une nouvelle dynamique dans votre foyer.


Le burnout parental, c’est l’épuisement qui vous immobilise et ne vous permet plus d’avancer sereinement dans votre vie. Comme toute difficulté, vous allez rebondir ! Pour vous y aider, vous pouvez vous rendre sur mon article : MAMAN n’a pas le TEMPS ! Décidez de vivre à VOTRE rythme

Bonne Lecture !

Source :

Parents épuisés – Valérie Duband – Stop à la surenchère émotionnelle et éducative pour éviter le burn-out parental – Editions Eyrolles

Articles similaires

Dispute entre frère et sœur : c’est notre quotidien ! 0 commentaire

Dispute entre frère et sœur : c’est notre quotidien !

Anxiété de l’enfant : c’est grave docteur ? 0 commentaire

Anxiété de l’enfant : c’est grave docteur ?

Slow Parenting : 10 Conseils pour ralentir le rythme 2 commentaires

Slow Parenting : 10 Conseils pour ralentir le rythme

Dispute de couple : “pas devant les enfants” ? 0 commentaire

Dispute de couple : “pas devant les enfants” ?

No Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *